L'histoire d'Air Tahiti

L'histoire d'Air Tahiti est étroitement liée à l'histoire de l'aviation en Polynésie.
 

Les débuts en hydravion


Distante des continents, la Polynésie fut longtemps tenue à l'écart des routes aériennes. Ce n'est qu'avec la 2e Guerre Mondiale que l'aviation prit réellement son essor, avec la construction de la première piste d'atterrissage, en 1943, à Bora Bora, par l'armée américaine. Au lendemain de l'attaque de Pearl Harbor, les Américains entendaient ainsi protéger et ravitailler les liaisons entre les côtes américaines et le sud-ouest pacifique.

La desserte aérienne commerciale régulière entre les îles naît en 1950, à l'initiative d'une poignée d'entrepreneurs qui créent l'entreprise « Air Tahiti ». Les échanges se font alors en hydravion de 7 places, un Grumman J-4F Widgeon. De faible capacité, la nécessité d'un second appareil se fait donc rapidement sentir. En 1951, le Ministère de la France pour l'Outre-Mer achète, pour le compte du Territoire, un Grumman Mallard. Petit à petit, Air Tahiti étend ses ailes vers l'ensemble des îles de Polynésie. Le premier amerrissage aux Gambier a lieu le 25 juin 1953. En octobre 1953, la première liaison avec les Marquises et un amerrissage à Taiohae/Nuku Hiva sont effectués.

En juillet 1953, la compagnie Transports Aériens Intercontinentaux (TAI), exploitante commerciale de la Régie Aérienne Interinsulaire (RAI), fait valoir ses droits sur l'attribution mutuelle des transports locaux, en vertu d'accords passés avec Air France. Le Territoire retire à Air Tahiti sa licence d'exploitation du Mallard, au profit des TAI. L'enseigne Air Tahiti disparaît alors. La Régie Aérienne Interinsulaire (RAI) opère pour le compte du ministère des travaux publics et des transports. Elle fait l'acquisition de deux hydravions Catalina pour étoffer les liaisons entre les îles de la Polynésie française. Ces appareils à la livrée orange reçoivent une immatriculation F-OA__ réservée aux appareils exploités outre-mer.

Progressivement, le réseau continue de s'étendre. En 1955, les Australes s'ouvrent à la desserte en avion amphibie avec l'ouverture des plans d'eau de Tubuai et Raivavae. En 1958, la « Régie » devient « Réseau » Aérien Interinsulaire.
 

Le développement des pistes


Même si les hydravions semblent adaptés au contexte insulaire, il est en fait difficile de trouver de larges plans d'eau, sans obstacles et protégés de la houle. Il devient donc rapidement nécessaire de développer des pistes et aérodromes.

Avec l'ouverture de l'aéroport international Tahiti Faa'a en 1960, Tahiti peut désormais accueillir les vols commerciaux internationaux. Parallèlement, sur l'ensemble du territoire, un vaste programme de construction de pistes est lancé par l'État français. Quatre pistes sont ainsi construites pendant les années 1960, et 27 dans la décennie suivante.
 

Air Polynésie


En 1970, la RAI devient « Air Polynésie », filiale de l'UTA. Surnommée « Air Po » par les Polynésiens, la compagnie affirme davantage son identité polynésienne et met en place des dessertes régulières sur l'ensemble de la Polynésie française et notamment vers les archipels les plus éloignés de Tahiti.
 

Air Tahiti


En 1986, l'ancienne UTA, (entre temps absorbée par Air France) revend les parts d'Air Polynésie à des investisseurs locaux. Cette cession donne naissance en 1987, à « Air Tahiti », dans sa version actuelle. La nouvelle compagnie veut se moderniser et acquiert en 1987 son premier ATR 42, marquant ainsi le début d'une longue collaboration avec le constructeur aéronautique ATR.

> Lire l'article du Air Tahiti Magazine sur l'historique de l'aviation interinsulaire en Polynésie.



Conseils de voyage

Consultez les rubriques ci-dessous, pour un voyage en toute tranquillité :